Elephant Man aujourd’hui au cinéma !

Elephant Man de David Lynch sort aujourd'hui dans les salles de cinéma !

Revu par la team ohé au Festival du film restauré Toute la Mémoire du Monde à la Cinémathèque française, il est en salle dès aujourd’hui notamment au cinéma Le Champo pour les Parisiens. Elephant man est un des plus beau film évoquant l’altérité au sein d’une société exhibant ses monstres pour se rassurer sur sa propre normalité. Profite de la réouverture des salles de cinéma pour aller (re)découvrir ce chef d’oeuvre !

On hésite encore voulait le revoir. On n’a pas été déçu, difficile de se remettre de ce film qui te plonge au cœur du Londres de la fin du 19ème. Pourquoi ohé t’encourage à (re)découvrir Elephant Man (Etats-Unis, 1980) de David Lynch ? Outre la superbe restauration que David Lynch a supervisée lui-même avec la photo de Freddie Francis qui recréé le Londres Victorien, il y a le sujet qui fait sens aujourd’hui : a-t-on le droit d’être différent ? Accepte-t-on la différence chez les autres ? Certains qu’on considérait comme des monstres à une époque alors qu’il serait plus juste de dire qu’ils sortaient de l’ordinaire : des êtres extraordinaires. Revenons sur l’histoire de ces freaks qui étaient montrés dans des foires : Londres, 1884. Un homme-éléphant est exhibé dans une baraque de fête foraine. Intrigué par ses effrayantes difformités, un jeune chirurgien, parvient, moyennant finances, à l’arracher à son manager et le conduit au London Hospital pour l’examiner en détail. Et il découvre peu à peu qu’il s’agit d’un être sensible et intelligent.

 

Très à la mode durant l’époque Victorienne, les Freaks Show sont devenus moins populaires à partir de 1890 et ont disparu en 1950, les progrès médicaux ont en effet beaucoup réduit les anomalies physiques ainsi que les a priori sur les personnes hors normes.

 

Le film Elephant Man est le deuxième de David Lynch après Eraserhead qui était très expérimental. David Lynch aime les personnages atypiques, et il va donc montrer à l’écran l’histoire de cet homme qui a réellement existé. Joseph Merrick né avec des difformités, abusé par son entourage qui l’exhibera et lui fera subir les pires atrocités. Ce sujet avait déjà été exploité par Todd Browning dans son superbe film Freaks (1932), ici David Lynch nous montre que les monstres ne sont pas ceux qui en ont l’air. On hésite encore avait préparé la boîte de mouchoirs et on a bien fait !

 

Mis à l’écart de la vie car jugé hors normes, nombre d’entre eux étaient vendus par leurs parents à des cirques. Peu tombaient dans les mains de directeurs précautionneux, la plupart était tels des animaux et qualifié de monstres. La différence effraie et l’entre-soi rassure, on écarte ceux qui n’appartiennent pas à nos normes physiques, morales, culturelles etc. Alors que le hors norme c’est la beauté, la richesse.

Dans une scène Joseph Merrick hurle qu’il est un homme et c’est dans ce cri déchirant qu’on découvre que ceux qu’on nomme monstres, eux aussi, ont un cœur. Ohé magazine a beaucoup pleuré, tu nous diras si le film t’as autant ému que nous.

On Hésite Encore, le web magazine culture, lifestyle et bien plus !

2 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Carlotta
Carlotta
2 mois plus tôt

Je n’ai jamais vu ce film pourtant culte, ça sera peut-être l’occasion pour moi !