La rentrée Art

L'art fait sa rentrée : les plus belles expositions parisiennes !

Dans les musées aussi la rentrée se prépare activement. Si tu es féru d’art tu sais bien évidemment que la rentrée s’étale dans les musées de mi-septembre à début novembre. On Hésite Encore a sélectionné pour toi sept expositions parisiennes, parmi les plus attendues et les plus belles de la rentrée. En route pour un nouveau voyage pictural aux Grand Palais, musée du Louvre, musée du Luxembourg, musée Maillol, musée Jacquemart André et musée d’Orsay !

La Tate Britain pose l’ancre à Paris

L’exposition qui regroupe des œuvres de 1760 à 1820 démontre de la volonté des peintres anglais « à de faire rayonner l’art britannique sur l’Europe* ». Ces derniers, livrés à eux-mêmes – l’académie royale des arts toute récente n’ayant pas la même vocation que son homologue française – ne reçoivent que peu d’enseignements et expérimentent seuls afin de percer la concurrence et de façonner à la peinture anglaise d’une identité forte et neuve. Ambition, expérimentation et originalité sont les maîtres mots de cette exposition qu’il ne te faut surtout pas rater !

L’âge d’or de la peinture anglaise : de Reynolds à Turner
Du 11 septembre 2019 au 16 février 2020, musée du Luxembourg.
Plus d’informations ici.

John Martin, La Destruction de Pompéi et d’Herculanum, 1822, Huile sur toile, 161,6 × 253 cm, Tate : Acheté en 1869 © Tate, London, 2019.

Les primitifs oubliés

Cette exposition regroupe les œuvres de plusieurs artistes de la fin du XIXe et début XXe : Rousseau et Séraphine comme l’indique le titre de l’exposition, mais aussi André Bauchant, Camille Bombois (et sa palette éclatante), Ferdinand Desnos, Jean Ève (et ses magnifiques toiles du sacré cœur), René Rimbert (dont le style me rappelle Magritte), Dominique Peyronnet (et ses mers agitées) et Louis Vivin.

Dans cette exposition on retrouve portraits, paysages & exotisme, natures mortes, et nus : les mêmes motifs que les impressionnistes. C’est le souci du détail et l’étrange perspective qui rendent la composition surréelle et créent cet univers « enfantin » qui fait de ces artistes des « naïfs ». Une louable démarche de la part du musée Maillol que de faire sortir de l’ombre ces artistes dont les œuvres constituent une immense richesse de couleurs et de formes.

Du Douanier Rousseau à Séraphine : les grands maître naïfs
Du 11 septembre 2019 au 19 janvier 2020, musée Maillol.
Plus d’informations ici.

Louis Vivin, Paris Basilique du Sacré-coeur de Montmartre, 1930, huile sur toile, 46,5 x 56 cm, Courtesy galerie Dina Vierny, Paris.

Dans les secrets d’Alana

« Notre ambition a été de retracer l’histoire et l’évolution des différentes écoles italiennes¹ ».

La collection ALANA (contraction des noms du couple de collectionneurs, Alvaro Saieh et Ana Guzman) est exposée pour la toute première fois ! C’est 77 toiles qui ont quitté l’Amérique pour rejoindre les murs du musée Jacquemart André (autre célèbre couple de collectionneur et ce n’est pas une coïncidence).
La première salle reprend une scénographie similaire à celle de l’appartement de Saieh : un accrochage dense qui plonge tout de suite le visiteur dans l’intimité de cette collection privée.

Une occasion probablement unique de découvrir ces œuvres et d’apprécier l’évolution technique et stylistique des artistes italiens, de la fin du XIIIe jusqu’aux portes du XVIIe siècle.

La collection ALANA : chefs-d’œuvre de la peinture italienne
Du 13 septembre  2019 au 20 janvier 2020, musée Jacquemart André.
Plus d’informations ici.

Vittore Carpaccio, (Venise, 1465 – 1525/1526), Engelpietà, vers 1490, Technique mixte sur panneau, 32,2 x 53 cm, Collection Alana, Newark, DE, États-Unis, Photo : © Allison Chipak.

Degas se passionne pour l’Opéra

Tu connais certainement ses danseuses, mais tu ne savais peut être pas que Degas était un passionné d’Opéra, dans son ensemble, et que c’était un sujet central de son travail.

Cette exposition regroupe des œuvres traitant de cette passion : danseurs, chanteurs, musiciens, spectateurs, scène, salle, foyer et salle de danse, Degas explore tous les lieux et tous les acteurs de cet art qui lui était si cher. L’exposition met en lumière les expérimentations de l’artiste sur la lumière, le mouvement et les points de vue.

Degas nous plonge de l’autre côté du rideau, l’occasion de découvrir l’Opéra comme tu ne l’as jamais vu !

Degas à l’Opéra
Du 24 septembre 2019 au 19 janvier 2020, musée d’Orsay.
Plus d’informations ici.

Edgar Degas, La Classe de danse,1873-76 Huile sur toile, Washington, DC, The National Gallery of Art, Photo © Washington, DC, The National Gallery of Art – NGA IMAGES

Toulouse-Lautrec et Greco au Grand Palais

Toulouse-Lautrec est surtout connu pour avoir mis en couleurs la vie parisienne, celle de Montmartre, avec ses cancans, ses froufrous et ses filles aux mœurs légères. Mais est-ce là tout ce que représente l’œuvre de l’artiste ?

C’est une rétrospective de réhabilitation que le Grand Palais nous offre au travers de quelques 200 œuvres. Lautrec se pose en interprète de la vie présente, de la modernité (dans le sens de ce que Baudelaire prônait dans son célèbre Peintre de la vie Moderne), sans embellissement ni jugement.

Cette exposition te permettra de découvrir la démarche et l’esthétique de Toulouse-Lautrec, sa recherche (la volonté de capturer le temps, de le figer sur la toile), son rapprochement avec la photographie et suivre l’évolution de son style devenant de plus en plus « incisif et caustique² ».

Toulouse-Lautrec, résolument moderne
Du 9 octobre 2019 au 27 janvier 2020, Grand Palais.
Plus d’informations ici.

Cette rétrospective, la première de cette envergure jamais consacrée à l’artiste en France est l’occasion de plonger dans l’univers de ce grand peintre du XVIe siècle qu’est Domenico Theotokopoulos, dit Greco. Le Grand Palais y retrace le parcours de l’artiste, de sa formation en Italie à son installation en Espagne.

L’art de Greco, très atypique ; mystique, rayonnant, lumineux, expressif et coloré, il nous apparait aujourd’hui encore étonnamment moderne.

Greco, s’il est considéré à la fois comme le dernier grand maitre de la Renaissance et le premier du Siècle d’Or espagnol, est aussi une inspiration pour les modernes du XIXe siècle, notamment pour des mouvements tels que le fauvisme, le cubisme ou encore l’expressionnisme.

Greco
Du 16 octobre 2019 au 10 février 2020, Grand Palais.
Plus d’informations ici.

Happy Birthday Léonard

On fête cette année les 500 ans de sa mort, je veux bien sûr parler de Léonard de Vinci. L’occasion pour le Louvre, qui lui aussi fête un anniversaire³, de lui consacrer une grande rétrospective. Le Louvre qui possède déjà le fond le plus important du peintre avec la Joconde (qui ne bougera pas de sa célèbre salle), Saint Jean-Baptiste, la Vierge au Rocher, la Sainte-Anne ainsi que la Belle Ferronnière, accueillera des toiles et dessins issus de prêts exceptionnels, l’occasion d’admirer des œuvres jamais exposées en France !

Un partenariat exclusif avec HTC Vive Arts, permettra au visiteur de découvrir la Joconde en réalité virtuelle. Tu pourras ainsi franchir les vitres te séparant de l’œuvre si célèbre et découvrir ses détails les plus secrets. Le dispositif, « En tête à tête avec la Joconde » sera également disponible dans une version visible chez toi. Si tu ne peux pas aller à la Joconde, la Joconde viendra à toi !

Léonard de Vinci
Du 24 octobre 2019 au 24 février 2020, musée du Louvre.
Plus d’informations ici.

Léonard de Vinci, Tête de jeune femme dite La Scapiliata («l’Échevelée»), vers1492-1501. Blanc de plomb avec pigment de fer et cinabre, sur une préparation de blanc de plomb (avec plomb et minium ?) contenant des pigments à base de cuivre (vert-de-gris ou malachite), jaune de plomb et étain, plus tard verni avec de l’ambre jaune viré au vert, sur panneau de noyer. H. 24,7 ; L. 21 cm. Parme, Galleria Nazionale, inv. 362, acquisition 1839 © Licensed by Ministero dei Beni e delle Attività culturali – Complesso Monumentale della Pilotta-Galleria Nazionale

Sources et crédits : service presse du Grand Palais, service presse de Culturesepaces, service presse du musée d’Orsay, service presse du musée du Louvre, Beaux Arts Magazine N°BAM 423 – Septembre 2019.

*Je reprends ici les termes de Cécile Maisonneuve, co-commissaire de cette exposition qui m’a accordé un entretien lors de la présentation presse de l’exposition.

¹ Citation d’Alvaro Saieh et Ana Guzman

² Toulouse-Lautrec, dossier de presse de l’exposition.

³ Le Louvre fête les 30 ans de sa pyramide, voir notre article à ce sujet ici.

Sources et crédits des affiches ci-dessus :

Musee du Luxembourg, l’âge d’or de la peinture anglaise, de Reynolds à Turner : Réunion des musées nationaux – Grand Palais 2019 © Tate, London, 2019
Musée Maillol, du Douanier Rousseau à Séraphine : Les grands maîtres naïfs : © Jean-Louis Losi © Adagp, Paris, 2019
Grand Palais, Toulouse-Lautrec, résolument moderne : © Affiche de la Réunion des musées nationaux- Grand Palais, 2019
Musée d’Orsay, Degas à l’Opéra : © RMN-Grand Palais
Grand Palais, Greco
 : © Réunion des musées nationaux – Grand Palais, Paris 2019
Le Louvre, Léonard de Vinci : Léonard de Vinci, La Belle Ferronnière © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
Musée Jacquemart André, la collection ALANA : © Allison Chipak

Céci

Céci

« Collectionneuse de diplômes en tout genre et licorne loveuse »

9 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Carlotta
Carlotta
1 année plus tôt

Merci pour cette sélection d’expos à faire à la rentrée ! Je n’étais pas au courant pour l’Âge d’or de la peinture anglaise au musée du Luxembourg, je vais être obligée d’y aller ! Et bien sûr De Vinci et les grands maitres naïfs sont déjà au programme 😉

Vanalewski
Vanalewski
1 année plus tôt

Super article, ça donne envie de tout voir! En tout cas merci de me faire découvrir autant d’artistes!

bahia2304
bahia2304
1 année plus tôt

Top!!! Merci pour ce beau résumé. Il y a effectivement de belles expos à ne pas louper 😉

Sarah
Sarah
1 année plus tôt

J’ai adoré l’exposition des naïfs (je ne connaissais que le Douanier Rousseau) et leur couleurs ! Ton article me donne envie d’aller voir les autres expositions, y compris celle du Luxembourg qui ne m’attirai pas tant au début…

Sarah
Sarah
1 année plus tôt
Reply to  Céci

Haha oui c’est certain !