Le festival des Dangereuses Lectrices

Le festival des Dangereuses Lectrices

L’association « Dangereuses Lectrices » lançait à Rennes ce weekend son premier festival féministe autour de la figure de la sorcière dans la littérature. Intrigué, l’équipe d’On Hésite Encore s’est rendu sur place pour prendre la température !

Pour son premier festival, l’association « Dangereuses Lectrices » a décidé d’associer deux concepts : la sorcière et la littérature. Tu pourrais te dire « Ohé mais quel rapport » ?
Premièrement, tu comprendras probablement mieux si je te dis que ce festival est à orientation féministe, tout comme l’association « Dangereuses Lectrices » elle-même. Je rappelle que féministe ne signifie pas nécessairement « femmes au pouvoir, hommes au bûcher », quoique là l’image serait assez marrante.
Ensuite, lorsque l’on songe à la sorcière, on pense forcément à l’emprise de l’homme sur les femmes libres pensantes (aller hop on les crame elles nous embêterons plus celles-là). Finalement la chasse aux sorcières c’est quoi sinon des hommes qui ont peur que la femme prenne de l’importance dans la société ? La féministe aujourd’hui est-elle donc une descendante de ces femmes libres pensantes ? C’est peut-être ce que veut nous dire l’association qui reprend sur ton tote-bag la célèbre phrase de Tish Tawer « Nous sommes les petites-filles des sorcières que vous n’avez pas pu brûler ».
L’idée donc de rapprocher la figure de la sorcière et celle de la féministe, qui plus est dans la littérature n’est pas idiote (« Dangereuses Lectrice », 1 point) !

Ce festival (où je me suis donc rendue pour tâter le terrain comme on dit) a dépassé – et de loin – les espoirs de ses organisatrices aux vue des immenses queues pour assister aux conférences sur des sujets très variés comme la sorcière moderne (l’ésotérisme étant ces dernière années revenu sur le devant de la scène, le terme « sorcière » aussi), la figure de la sorcière au travers de l’histoire, des lectures, des dédicaces et des ateliers (d’écriture, d’initiation à la sorcellerie moderne).

Le festival des Dangereuses Lectrices comptant bien être un évènement féministe ne se limitant pas à ses seules interventions autour de la littérature et des pratiques magiques de ses intervenantes s’est aussi associé à des associations locales (planning familial, association contre le harcèlement, etc.), ce qui faisait bien de ce weekend un moment privilégié pour les femmes (par les femmes, avec les femmes, mais j’ai vu ? des hommes et personne ne les a hués car ce festival n’était qu’amour et paillettes !).

Un premier essai validé pour ce festival donc et l’association « Dangereuses Lectrices ». L’équipe d’On Hésite Encore gage que nous les retrouverons l’année prochaine pour un évènement de plus grande envergure au vue de l’engouement général ! Car le seul bémol que l’on peut retenir, c’est la frustration dû au manque de place pour déambuler dans les espaces librairie & dédicaces, et le peu de places assises aux conférences. Un problème qui devrait pouvoir se régler ! Ohé, longue vie aux « Dangereuses Lectrices ».

L’association Dangereuses Lectrices, c’est qui, c’est quoi ?

Une team de Roller-derby… Une envie de féminisme plus engagé… Un projet voit alors le jour… Pour ces femmes qui baignent dans le milieu du spectacle & de la culture… Pourquoi ne pas allier leurs compétences et leur passion : la lecture ?

« Dangereuses Lectrices », c’est sept organisatrices (des copines) et une vingtaine de bénévoles.

Céci

Céci

« Collectionneuse de diplômes en tout genre et licorne loveuse »

avatar