M. Graham à Paris

Le grand retour de Martha Graham à l'Opéra de Paris

Près de trente ans après son dernier passage sur la scène parisienne, Martha Graham a fait son grand retour au Palais Garnier. L’occasion pour Ohé-mag, qui était présent pour ces retrouvailles, de te faire découvrir ou redécouvrir cette grande chorégraphe américaine.

Graham en quelques dates clés

1894 – Naissance de Martha Graham dans le comté d’Allegheny (Pennsylvanie).


1926 – Martha Graham fonde sa compagnie (100% féminine) à New York.


1936 – Martha Graham refuse de participer au festival international de danse lors des JO de Berlin. Elle créé des œuvres dénonçant la guerre et le fascisme.

1946 – Début du cycle sur les grands mythes antiques. Martha Graham explore la Femme dans la mythologie grecque.


1984 – La compagnie Martha Graham est invitée pour la première fois au Palais Garnier. Martha Graham est nommée Chevalier de la Légion d’honneur.


1991 – Décès de Martha Graham à New York à l’âge de 96 ans.

La compagnie Graham est l’une des plus vieilles aux États-Unis (presque centenaire). Cette artiste est considérée comme la Picasso ou la Stravinski de la danse : une pionnière de la modernité¹. Si je devais pour ma part ne retenir que deux pièces de ce passage de Graham à Paris ce serait sans aucun doute Cave of the Heart et Rite of Spring.

Cave of the Heart (La caverne du cœur) – 1946.

Cave of the heart (La caverne du cœur) – Créé en 1946.
La caverne du Cœur s’inspire d’une partie du mythe de Médée² et est construite autour de quatre personnages : Médée (la sorcière), Jason, Créüse et le cœur, témoin impuissant de la scène. Lorsque le rideau se lève, c’est un univers à la Salvador Dali qui s’impose. Est-ce le décor (Isamu Noguchi), les couleurs ou bien ce personnage onirique, celui du coeur, qui me donne cette sensation de me trouver dans un univers surréaliste ? Certains personnages semblent se mouvoir comme s’ils sortaient d’une peinture, s’animant en deux dimensions. Le drame est retranscrit avec une telle intensité que chaque tremblement des corps me met dans un état de suspens et d’extrême tension. Même si je connais déjà l’histoire, je redoute ce qui va suivre et j’ai envie d’empêcher Médée de commettre l’irréparable. Mais tout comme le cœur, je ne peux qu’assister, impuissante, à la scène. La scène où Créüse agonise, la couronne sur la tête, est particulièrement intense et les portés extrêmement impressionnants. Quant au solo de Peiju Chien-Pott, il est extraordinaire : la tension déjà mise en place par Samuel Barber (Medea Suite, op. 23: V. Medea) est amplifiée par la présence physique, lyrique et émotionnelle de la danseuse. L’amour l’a complètement consumée pour la transformer en une pure force destructrice, la vidant de son humanité.

Rite of Spring (Sacre du Printemps) – 1984

Si tu es un adepte de Disney, tu auras surement déjà vu (plusieurs fois probablement) Fantasia. C’est sur Le Sacre du Printemps de Stravinsky qu’est illustrée la fin de l’ère des dinosaures. Personnellement je ne supporte pas ce morceau et je ne sais pas si c’est le graphisme des dinos (je préfère Petit Pied³), l’histoire de Disney qui y est associée, ou tout simplement le morceau lui-même (il faut avouer que la musique d’Igor Stravinsky est assez « spéciale ») mais j’ai Le Sacre du Printemps en horreur. C’est donc avec une appréhension certaine que j’ai découvert le Rite of Spring de Martha Graham, laquelle s’est vite dissipée tant l’ensemble danse et musique dégageait une parfaite unité. Je n’ai plus fait attention à la musique tellement j’étais subjuguée par ce que dégageait la troupe de danseurs. Là encore pas besoin d’avoir lu le résumé parce que la narration et les émotions se lisent à la perfection sur les corps. Graham a su par sa technique, créer un nouveau langage qui ne connait aucune barrière linguistique. Je n’ai plus eu la sensation de voir une pièce de danse mais d’assister à un rituel tant j’ai été saisie par la densité archaïque et primitive présente dans la chorégraphie. C’est violent, à certains moment j’ai même envie de fermer les yeux, mais je ne peux pas car je suis comme hypnotisée par cette transe humaine.

La danse de Graham n’est pas seulement une technique (même si celle-ci est impressionnante tant par la parfaite maîtrise physique des danseurs que par la tension visible qu’elle impose aux corps) c’est la fusion des mouvements avec le corps et l’environnement (sol, respiration, vibration du corps, et même les décors.). La chorégraphie de Graham ne se pose pas sur la musique, elle s’y fond. Ce n’est plus simplement de la danse ayant pour but de nous raconter quelque chose, c’est une performance qui vise à exprimer par tous les moyens possibles et à disposition les émotions des protagonistes et dont la décharge émotionnelle nous percute de plein fouet. À voir donc absolument.

Sources : Opéra National de Paris.
Remerciements : Mia Séroc.

¹ Tu t’interroges sur ce qu’est la modernité, la différence entre le contemporain et le moderne (dans la danse comme dans les arts en général) ? Pour faire (très) court, disons que la modernité, c’est la rupture (parfois complète) avec les arts dits « classiques » et les règles qui ont régné sur l’art jusqu’aux portes du XXe siècle. Le contemporain a une logique différente : il fait éclater la notion d’œuvre d’art et d’artiste tels qu’on les considérait aux siècles précédents. En danse le contemporain mêle les styles (jazz, moderne, classique, etc.) mais s’inspire aussi d’autres disciplines (arts plastiques, théâtre, performance, etc.).

² Pour résumer : Médée épouse Jason après l’avoir aidé à obtenir la Toison d’or mais celui-ci finit par l’abandonner pour Créüse (la sœur de Créon roi de Corinthe). La vengeance de Médée est un grand classique : elle empoisonne la rivale.

³ Le Petit Dinosaure et la vallée des merveilles, Don Bluth, 1988, Universal Pictures.

Céci

Céci

« Collectionneuse de diplômes en tout genre et licorne loveuse »

plus récents plus anciens plus de votes
Sylvia
Invité
Sylvia

Super article, ça donne vraiment envie d’en découvrir plus sur cette artiste 🙂

CM@ohe-mag
Editor
CM@ohe-mag

On est content que ça t’ai donné envie ! C’est le but ! Tu peux trouver des videos sur youtube et suivre leur Instagram 😉