Négociations

Négociations

Gilles Réjasse

Vous l’avez sans doute constaté, tous les personnages que vous avez rencontrés jusqu’alors au travers de ces quelques nouvelles parues dans OHE mag habitent sur des logements numérotés de façon paire. Il y a une raison à cela ; si la rue côté droit lorsqu’on l’aborde en voiture (elle est en sens unique, j’ai d’ailleurs ouïe dire que l’année prochaine, le sens de circulation sera inversé, on se demande bien pourquoi), si le côté droit, donc, est achalandée de multiples et ravissantes maisons, côté gauche, il y un petit ravin d’une vingtaine de mètres que couvre à ses pieds une zone industrielle ; trois exceptions : le n°1, l’entrée en pente raide de la laiterie pour le personnel administratif, le n°3, un vieux moulin et, beaucoup plus loin, à l’angle du carrefour suivant, le n°5, une vieille bâtisse abandonnée qui fut naguère une briquèterie avant de devenir une prison puis un centre aéré pour enfant difficile et aujourd’hui une zone où parfois quelques sans logis courageux et inconscients des risques d’éboulement trouvent refuge.

Nous allons aujourd’hui parler du résident de ce lieu magique qu’est le n°3, à savoir votre serviteur. Résident car au 01 août 2018, j’y pris location au grand étonnement de la propriétaire qui n’y voyait à juste titre que ruines (mais que voulez vous, j’aime ces dernières, sous toutes leurs formes), qu’au 01 août 2019, j’y ai été expulsé (chute de la toiture et du deuxième étage sur ce qui existait encore vaguement en dessous, absent ce jour là puisque j’étais au chevet de mère-grand pour notre plus grand bien commun), qu’au 01 août 2020 j’y suis devenu propriétaire (achat en viager grâce à la petite cagnotte bien frugale laissée par feue ma mère-grand veillée l’année d’avant, à la sidération de la toujours propriétaire qui ne voyait pas comment se débarrasser de cette chose devenue, pour son essentiel, un amas de pierres tapissé de multiples herbes folles souvent qualifiées de mauvaises), qu’au 01 août 2021 j’ai réoccupé cette fois en tant que plein propriétaire (l’ancienne étant décédée, suite à une rupture des freins dans une descente sur une petite route sinueuse), ayant remonté murs et toiture, qu’au 01 août 2022, j’ai fêté l’évènement en grand pompe avec tous les historiques de l’équipe d’OHE-mag.

Par contre, vous ignorez très certainement qu’entre autre qualité (mais si, mais si, en cherchant bien…), j’ai celle de pouvoir, parfois, me mouvoir outre dans le présent (ça, c’est à la portée de tous…), dans le passé (plus rare mais avec de bons renseignements c’est encore raisonnablement envisageable), mais beaucoup plus exceptionnel dans le futur. Encore que pour tout bon écrivain (ou pseudo…) se respectant, ce n’est qu’une affaire d’imagination…

01 août 2022 donc, dans la grande salle de réception au pied du Moulin, on y festoie. La table est magnifique ; des homards géants (non, pas ceux du sénat, ils étaient certes délicieux mais pas à en tomber de la chaise), des bouteilles grand-cru (beaucoup plus chères et goûtues que celles dont on a parlé récemment au sujet de la grandeur de la République), des plats proposés par de grands chefs multi-étoilés, bref, un merveilleux repas digne de Pantagruel et de Gargantua ; la quantité teintée d’une absolue qualité… N’allez pas croire qu’il y avait bombance en ce lieu à longueur de temps, pour tout dire, c’était une première, et vraisemblablement une dernière. En quel honneur ? Ma retraite de l’Education Nationale, cette grande maison où l’on y a perdu son latin et ce, depuis belle lurette ? Non, du tout ! J’en suis certes ravi mais mes comparses s’en fichent comme de leur première dent. La victoire d’un Français à Roland Garros ? Pas davantage et d’ailleurs la disette risque encore de perdurer et de plus, autour de cette table, tout le monde se moque du sport… Les premiers pas d’un être humain (homme ou femme, that is THE question) sur la planète rouge ? Que nenni, la communauté scientifique mondiale (c’est à dire les américains…) n’est pas encore prête au voyage (et peut-être aussi à l’idée d’un voyage sans retour, où l’on permettrait seulement à quelques colons d’y construire l’avenir…) Alors quoi ? Oui, allez quoi ? Allons, allons, soyez donc un peu patients…

Tout a commencé en septembre 2018. Quelques aventuriers inconscients se sont lancés pour une folle aventure, difficile à définir. Une bande de jeunes, plus tout jeune tout jeune pour certains, et puis un très vieux arrivé là-dedans comme un chien dans un jeu de quille, par hasard, sur un malentendu, ou pas tant que cela, allez-savoir, passant par là, hep, vous là-bas, oui vous, venez donc à l’aventure avec nous, puisque vous en avez connue d’autres (toutes mal terminées ou plutôt pas terminées du tout en ces temps déjà reculés….) Ou plutôt pour des raisons de parentalité ; il faut bien que les aïeux puissent servir à quelque chose. En tout cas, une pièce rapportée. D’ailleurs, sur les premières photos, celles du lâcher de ballons, on ne le voit pas. En vérité, on ne le voit jamais vraiment en photo, il n’aime pas cela, pardon, il déteste cela…

Pardon, me voila parlant de moi à la troisième personne (c’est singulier!), comme ce bon Jules ou le grand Alain lui-même… Oui, ce vieux, c’est votre serviteur. Qui ne voyage pas dans l’espace (pourtant, il aurait aimé, aimé être aimé, aimé d’être aimé par un être aimé, aimé d’être aimé par un être aimé qu’il aurait aimé ; bon brisons là cet égarement iconoclaste et inutile), qui ne voyage guère plus sur la planète (en voilà au moins un qui n’aura pas abusé de son empreinte carbone) mais qui, je le rappelle, vit dans le passé, le présent, le futur et surtout à côté de ses pompes (diront des détracteurs particulièrement virulents et désagréables ; remarquons au passage que votre serviteur continu à parler de lui à la 3ème personne…)

Revenons à nos moutons ; à nos brebis égarées ; à nos aventuriers, jeunes ou pas, pas la moindre importance. L’aventure a pris corps, mois après mois ; faire, défaire, refaire parfois surfaire pour, au bout du compte, parfaire. De mieux en mieux, du contenu, un contenant sans cesse bonifié, des égarements, beaucoup de petits retards qui pèsent lourds en fin de parcours, des échanges, des petites fâcheries, quelques trahisons incontournables, et puis, peu à peu, l’œuvre, que dis-je, l’Œuvre, réussie, prometteuse, entrainante… Premier anniversaire, raisonnable, parce que, si l’affaire s’avère majestueuse, elle n’est reconnue que par trop peu de fidèles disciples. Le big boss est parfois déçu, je le sais, je le sens, je le devine ; en plus, il me le dit, le big boss. Enfin, je veux dire la big bosse (?!?).

Qu’importe, tout a continué, cahin-caha, une année encore. Pour ma part, j’ai été sollicité de toutes parts (Le Figaro, Le Monde, L’express, on n’est pas couché, les grosses têtes , on me proposait des conditions exceptionnelles; mais après d’âpres négociations qui m’ont valu la mise à disposition de nouveaux avantages (un ou deux articles de plus à corriger), j’ai décidé de continuer ; que voulez vous, quand on est fidèle…) Justement, tout ce labeur pour 200, 300 fidèles ; c’est bien certes mais on espérait tellement mieux. Du coup, au deuxième anniversaire, il y eu un Brainstorming (comme disent les anglais) ; en clair, on s’est dit : bon on fait quoi ? Diverses idées ont fusé pour se faire connaître; certaines absurdes (on enlève le pape), d’autres difficiles à réaliser (on enlève le pape), d’autres très tentantes (on enlève le pape). Et puis, une illumination s’est faite, plus personne ne se souvient d’où elle est venue ; l’un d’entre nous se dévoilerait nu tous les mois en page d’accueil. Enthousiasme de tous ! D’autant qu’il fut décidé dans la foulée qu’on éviterait le vieux, ce qui l’arrangeait (à l’évidence, les masses populaires avaient déjà vu assez d’horreurs comme ça ces derniers temps, inutile d’en rajouter une couche grasse et bedonnante). Il fut aussi décidé de passer au vote pour définir le premier heureux élu. Finalement, ce fut la vedette, l’égérie, l’icône, la star ; à savoir le chat. A poil le Chat !

Toutefois, cette affaire n’eut jamais lieu. Personne ne connait les fondements de l’explosion brutale qui se fit le mois suivant ; de 87 visionnements en septembre 2021, on passa à 783 422 en octobre avec des abonnements dépassant les 600000. Fut-ce la remarquable nouvelle de votre serviteur autour de la vie sentimentale d’une Geisha unijambiste yéménite, fut-ce les corrections de Vanessa qui proposa deux ou trois expressions pour abonnir le texte, fut-ce l’émincé de Dorade Géante du Nil à la sauce citronnée concocté par Cathy, fut-ce l’article sur une série de textes littéraires issus du moyen-âge enluminé par Charlotte, celui sur l’histoire secrète de la naissance des communications immédiates agencé par Christelle, fut-ce celui de Sylvia relatant les merveilles d’un séjour de trois semaines dans le Liechtenstein sauvage, fut-ce l’article sur les mystères et secrets du magistral groupe QUO VADIS (déjà évoqué le mois dernier, l’affaire se précise), les coups de cœur autour des œuvres plastiques de deux jeunes inconnus qui affolèrent les spécialistes, fut-ce encore l’article de Céci sur la nouvelle exposition concernant GIACOMETTI au travers de nouveaux travaux universitaires orchestrés par une native du Calvados ? Ou fut-ce le résultat d’une mise en page exceptionnellement aguichante par le Webmaster, enfin, je veux dire le big boss, heu c’est à dire la big Bosse (?!?). Ou fut-ce le fruit d’un piratage Nord Coréen ou Russe voire de E.T ?

Qu’importe ! Les faits sont là et depuis, les louanges fleurissent de partout. OHE, on hésite encore ? Non, les fidèles n’hésitent plus, ils savent, ils aiment. Et du coup, les portes s’ouvrent de partout. C’est l’objet majeur de ce repas du 01 août 2022. Pas question d’abandonner OHE (les négociations ont été courtes sur ce thème) ; par contre, pas questions de laisser filer certaines propositions…

L’été est propice aux négociations, aux perspectives pour la saison prochaine. Ce soir, chacun est sur son petit nuage. Cathy va être nouvelle présentatrice de Top Chef, c’est signé. Charlotte s’est vue proposer de reprendre Apostrophe, perdu de vue depuis longtemps avec une nouvelle formule plus punchy comme l’ont martelé les producteurs. Vanessa, quant à elle, se retrouve à être correctrice mais aussi membre du comité de lecture dans une grande maison d’édition. Céci s’est vue offrir le poste de conservatrice du musée du Louvre et a part ailleurs obtenue également des responsabilités à New-York (Chose, the cat, n’appréciera sans doute que fort modérément). Christèle dirigera un grand service mondial de réseaux sociaux et Sylvia va être la présentatrice d’une nouvelle émission sur les agences de voyage et les vacances de rêve dans l’esprit de ce qui se fait autour de l’immobilier depuis de nombreuses années déjà.

Voilà, tout ce petit monde qui savoure. Et votre serviteur, fier comme Artaban d’avoir ne serait-ce qu’un petit peu participé à cette aventure, maintenant partie pour durer. Car ce soir, outre la félicité qui touche les uns et les autres, OHE Mag vient de signer son millionième abonné.

 

* *

– Monsieur, Monsieur…

– Mhumm ; j’ai mal à la tête… Qu’est-ce que je fais ici ?

– Avec cette chaleur, sous 40°, en plein Paris, faire un footing… Cela n’est pas du tout raisonnable ; vous avez déliré, des trucs incompréhensibles, genre « on hésite encore »… Pour tout dire je n’ai rien compris.

– Longtemps ?

– Ça fait deux jours… Mais maintenant, vous êtes sortis d’affaire.

 

* *

 

Alors comme ça, c’était un délire ? Non, je sais que non. J’ai pris un coup de chaud mais je n’ai pas déliré. Absolument pas. Non madame, Vous ignorez qu’entre autre qualité, j’ai celle de pouvoir, parfois, me mouvoir outre dans le présent (ça, c’est à la portée de tous…), dans le passé (plus rare mais avec de bons renseignements c’est toujours raisonnablement envisageable), mais beaucoup plus exceptionnel dans le futur. Et ce n’est pas qu’une affaire d’imagination.

01 août 2022 donc, dans la grande salle de réception au pied du Moulin, on y festoie. On a d’excellents raisons pour cela…

Nouvelle écrite pour On Hésite Encore. © Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cette nouvelle est interdite sans la consultation de son auteur. Contactez-nous.

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Cmut1
Invité
Cmut1

Vivement 2022 qu’on sache si c’était un délire ou pas 🙂

Céci
Admin

On te tient au courant oui !