war-2851007_1920

Deux fois pour la patrie

11 novembre 1918. Quelques morts oubliés, quelques morts de trop, histoire de bien finir… Qui est le dernier mort ? Renault, Gunther, Trébuchon ? Ou un autre, un allemand peut-être, un russe voire un touriste Japonais qui s’était égaré…La belle histoire pour éclairer la grande. Moi, je vous parlerai d’un type parait-il mort deux fois sur le front, un coup dans les premiers, un coup dans les derniers, en fait deux coups pour rien, enfin, pas tout à fait …

Illustration par Jean Noël Lafargue

Le pire est avenir

Il est des fois des peurs sans fond que l’on ne s’explique pas ou alors très imparfaitement ; on sent bien que… mais ça ne va pas plus loin. Déraisonnées, incohérentes, machiavéliques… Elles viennent de loin, de l’inconscient peut-être ou plus encore.

Il est aussi des peurs parfaitement identifiées, toutes aussi violentes, dévastatrices, terriblement réelles. On s’en sort ou l’on n’y résiste pas ; il n’y a pas d’échappatoire autre que cette puissante dualité.

Et puis il y a ces fois où l’on s’engage dans une voie… et où il aurait certes mieux valu avoir à composer avec la peur !